AccueilGroupesMembresRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
Upload image
 

 Sur les falaises de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Sur les falaises de la ville   Lun 17 Jan - 23:53
Chelster avait loué une monture afin de traverser plus rapidement dans la grande étendue désertique qui se trouvait vers le sud de la ville, une monture capricieuse qui, au final, n'en faisait qu'à sa tête: une fois encore, elle avait choisit de s’arrêter afin de contempler avec attention un de ses homologue du sexe opposé. Le cavalier de l'autre monture semblait tout aussi exaspéré que le jeune chercheur et secoua la tête en signe de résignation. Chelster, lui, se demandait encore pourquoi ce marchand véreux lui avait il loué une monture nymphomane. Au bout de quelques minutes et après avoir reniflé son homologue de tous les côtés, sa monture se décida enfin à avancer de quelques mètres, avant de s'arrêter à nouveau et, cette fois-ci, sans aucune raison apparente. Désespéré, il déscendit et choisit de continuer sa route à pied, sa monture avançant à ses côtés.
_Quand je pense que tu m'as coûté la fortune qu'il me restait... tu pourrais quand même faire un effort! dit-il d'un ton réprobateur à sa monture, conscient qu'elle ne l'écoutait même pas.

Au bout de quelques minutes de marche, il arriva enfin en vue des immenses falaises qui soutenaient la grande cité Vergas, c'était ici, selon son vieux livre, que devait se trouver une grotte mystérieuse... et qui disait grotte mystérieuse disait: choses à étudier. Les trois quarts des objets de l'Ancien temps se trouvaient dans des grottes ou sous la terre, cela était un excellent moyen pour lui d'acquérir de nouvelles connaissances! Il regarda son ghamma, soucieux Depuis la veille, il n'avait pas réussit à le faire décoller d'un pouce, il avait intérieurement espéré que la situation s'arrangeasse mais sa planche refusait tout bonnement de se mettre en fonctionnement... pas un filin énergétique ne traversaient les circuits, pas une seule étincelle... rien. Il était donc contraint de se déplacer à pieds...
Il jeta à nouveau un regard sur la carte de son vieux livre et regarda en direction de la charmante demoiselle qui avait accepté de l'accompagner durant son voyage . Il leva son pouce afin de lui indiquer que la direction était la bonne, espérant qu'elle puisse le voir de là où il était car lui ignorait totalement dans quelle direction elle avait pu aller. Ceci dit, si elle était une femme d'action... elle devait être douée dans l'art de s dissimuler. Finalement, il arriva au pied de la grotte et attendit que la jeune femme revienne avant de s'aventurer à l'intérieur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Mar 18 Jan - 19:22
Marcher. Marcher encore et encore, encore et encore, alors même que son ghama se trouvait sur son dos. On ne lui avait pas appris cela dans sa Ghilde, à marcher pendant des heures dans un désert. On lui avait plutôt enseigné comment prendre parti de son environnement pour disparaître à la vue de quiconque passait par là. La jeune femme sourit à ces souvenirs. Depuis un moment qu'elle avait été remarquée et recrutée, ses professeurs n'y allaient pas de main morte, lui montrant des voies de plus en plus obscures et dangereuses pour parfaire son art. Et la Pirate avait fini par devenir Assassin, tuant avec une précision redoutable ceux qui devaient être tués ou ceux qui se mettaient en travers de sa route. Et contrairement à ce que pouvaient penser la majorité des gens qu'elle connaissait, ces assassinats n'allaient en aucune façon contre la nature de la jeune femme. Disons juste qu'avant cela elle laissait vivre ses détracteurs par manque de pratique : tuer un homme de deux cent kilos, lutteur et portant une armure est loin d'être chose aisée pour une femme dont la constitution physique était aussi fragile que celle d'Arhazad.

La danseuse mit sa main en visière, tentant d'apercevoir au loin leur objectif. Mais la réverbération du soleil sur le sable était loin de rendre la manœuvre aisée et elle dut alors continuer à marcher et marcher encore, pestant contre son manque d'économie qui ne lui avait pas permis d'acheter un bon chameau. Et puis, avouons-le, elle comptait utiliser son Ghama, chose hélas rendue impossible pour une raison bien obscure ...
Soudain un immense mur de pierre se dressa devant elle alors même qu'un signe de son compagnon de route lui fut adressé. Elle répondit par un geste de la main avant de courir pour le rejoindre, se découvrant en fait bien plus d'énergie que ce qu'elle avait alors cru. Arhazad leva la tête, tentant d'apercevoir le sommet des falaises. Mais son regard ne rencontra que la muraille de pierre.
- A votre avis, qu'allons-nous y découvrir ?
La jeune femme trépignait d'impatience : si elle avait eu le plaisir de visiter quelques ruines dans la jungle qui lui avait alors offert son incroyable compagnon à écailles et à plumes, elle ne connaissait absolument rien de tous les autres mystères qui entouraient leur monde. Et puis, personne ne crachait sur la moindre occasion de mettre la main sur quelque chose de rare et/ou cher, ainsi que sur quelques pièces d'or ... A l'idée de possibles pièces antiques en or le regard de la jeune femme brilla d'une lueur nouvelle où curiosité et avidité s'y mêlaient. Elle ramena en arrière ses longs cheveux bruns et posa son regard sur son compagnon de voyage.
- Et où se situe l'entrée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Mer 19 Jan - 4:36
A votre avis, qu'allons-nous y découvrir ?
Chelster secoua la tête: il n'en avait aucune idée, mais il était impatient d'y être! Peut-être qu'il trouverai de belles gravures à contempler ou bien des choses suffisamment anciennes et oubliées pour susciter son intérêt? En tout cas, il espérait bien ne pas avoir fait cette longue route et entraîné avec lui une charmante jeune femme pour rien!
_Je ne sais pas.. j'espère que nous y trouverons quelque chose de suffisamment inhabituel pour que cette longue route n'ait pas été vaine !
Ce livre dans lequel il avait lu l mention de la grotte n'indiquait pas grand chose sur ce qu'ils pourraient trouver à l'intérieur, mais d'après les légendes, cette grotte fut le théâtre de grands combats et fut, pendant un temps, le point de ralliement des dragonniers en exil. Peut-être allaient-ils y trouver des objets anciens ou des écritures...? Il n'en savait trop rien...
Et où se situe l'entrée ?
Le jeune homme retira son plan du fond de la pile de papier qu'il tenait dans la main et l'observa un moment puis, au bout de quelques secondes, il leva les yeux: l'immense mur de pierre avait réellement quelque chose d'impressionnant, il montra une brèche situé un peu plus en hauteur et se retourna vers la jeune femme:
_L'entrée se trouve là haut!
Cela n'allait pas être simple de l'atteindre, mais avec toutes ces roches... c'était forcément faisable! Il sourit en voyant que quelques rochers formaient des plate-formes sur lesquelles on pouvait facilement grimper... à force d'escalade, la petite brèche allait enfin livrer ses secrets!
_Je pense que nous pouvons tenter d'escalader les falaises en passant par ici! Qu'en dîtes-vous?

Pendant qu'il observait tranquillement les roches en tentant de voir lequel des chemins serait le plus simple et le moins dangereux, sa monture, elle, alla se coucher derrière une grosse roche afin d'avoir un peu d'ombre. Le jeune homme regarda Ahrazad : c'était ce qu'on pouvait appeler un très beau brin de femme: élégante, fine et au visage parfait, elle était réellement sublime et semblait avoir tous les charmes que pouvait espérer un homme!
Code:
[color=#4b96a3]Chelster[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Jeu 20 Jan - 1:09
La jeune femme suivi du regard le "chemin" que désigna son compagnon de route. Pendant quelques brèves secondes elle espéra sincèrement qu'il se trompait et qu'il y avait bien un moyen d'accéder à cette grotte ; un petit chemin de pierre, aussi abrupte et dangereux qu'il pouvait être, était toujours plus sûr que d'escalader la falaise à mains nues, sans équipement aucun.
- la montagne a toujours su garder ses secrets, se renfrogna-t-elle en regardant une dernière fois la brèche dans la falaise. Bon, je présume que c'est parti.
Elle eut à peine conscience du regard que lui jeta son compagnon de voyage. Chelster - il s'était identifié ainsi - était un homme assez agréable à regarder, avec un physique élégant. De plus il avait l'air d'être le genre d'homme faisant attention à sa personne et cela la changeait grandement de son quotidien à bord du Yemanja. Mais ce qui l'intriguait le plus, c'était ce cristal bleu qui pendait au bout d'une chaîne d'argent. La dame avait le regard suffisamment aiguisé pour reconnaître là un objet rare et cher, qui ne se trouvait très certainement même pas sur les marchés de la cité des Pirates. Mais elle ne lui avait pas posé de question sur ce cristal - pas encore, tout du moins.
- J'y vais.
Arhazad se ramassa suffisamment sur ses jambes pour effecteur un saut d'une belle hauteur. Certes il n'égalait en rien ceux des plus doués des membres de la Ghilde, mais elle avait pu constater que le rude entraînement auquel elle était quasi constamment soumis commençait à porter ses fruits ; elle agrippa une excroissance rocheuse d'une main et batailla quelques instants pour stabiliser ses jambes avant de s'autoriser un regard vers Chelster, puis vers leur objectif : la montée allait être longue.

L'escalade fut effectivement très longue : non seulement la jeun femme n'était pas du tout taillée pour ce genre d'exercice, mais en plus elle devait porter son ghama sur le dos. Et ce n'était pas une simple planche de bois : toute l'armature de l'engin était en métal et, même si la jeune femme ignorait tout de son fonctionnement réel, elle supposait for aisément que tout l'intérieur de l'engin était aussi en métal.
Et pour couronner le tout, le soleil se mit à briller de plus en plus fort. La chaleur devint suffocante et de grosses gouttes de sueur perlèrent sur son front avant de couler sur son visage et son cou. Vrenn, lui, avait trouvé refuge dans le sac de la femme du désert. Au moins là le soleil ne pouvait l'atteindre ...
Soudain une pierre se détacha et elle perdit une prise sur la falaise. Elle jura d'une façon telle que même un charretier aurait pâlit, puis batailla pour adopter une position plus confortable. Et ainsi avait duré la traversée, jusqu'à ce que, enfin, un promontoire plat fit son apparition. Arhazad se crut tout d'abord victime d'un mirage avant de réaliser que l'entrée de la grotte se trouvait devant elle. Elle pouvait presque sentir de l'air frais en ressortir et, même si ce n'était que son imagination, cela lui fit du bien.
Elle se laissa alors tomber contre la paroi, jurant de nouveau contre cet ardent soleil qui, après plus de trois lunes totales de pluie semblait bien décidé à prendre sa revanche sur la météo. Vrenn sortit du sac et rampa jusqu'à elle, ses plumes écarlates frémissant sous la chaleur.
- Hé bien mon ami, il semblerait que nous soyons arrivés. J'espère simplement que je ne tomberais pas sur un de ses squelettes de créatures bizarres et difformes, la dernière fois que j'y ai eu droit j'ai hurlé comme une enfant pendant au moins cinq minutes !
Le serpent siffla, comme s'il voulait prouver à sa maîtresse qu'il se rappelait de ce passage. C'était dans la jungle et l'équipage du Yemanja venait de terminer de piller un vieux temple. Mais lorsqu'Arhazad s'était approchée pour voir si elle pouvait les aider elle était tombée nez-à-nez avec un crâne de ce qui, au premier abord, ressemblait à un cheval. Seulement l'os présentait une excroissance sur le front, tel une unique corne. De chaqu côté de ce qui avait dû être les naseaux de l'animal s'étiraient de nouvelles excroissances, comme des cornes. Et pour finir, ce crâne avait des pattes. C'était peut-être ce qui avait réellement terrifié la dame à l'époque.
- Mais il y a peu de chances. Les jungles, ce n'est pas comme les grottes. Il y a moins d'étrangetés à l'intérieur ...
Même si, elle devait l'avouer, elle n'était absolument pas convaincue par ce qu'elle tentait de croire.
Finalement lasse de tenter d'imaginer ce qui l'attendait elle préféra attendre patiemment son compagnon d'aventure, dut-il arriver d'ici une minute ou trois heures.
Code:
[color=#00a060]Arhazad[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Jeu 20 Jan - 13:34
Chelster regardit le flanc de la montage et son plan... la grotte était bien cette petite fente que l'on pouvait apercevoir au loin. Il était rassuré de ne pas s'être trompé d'itinéraire, cela l'aurait mit très mal à l'aise... il contempla un moment la grotte qu'ils allaient devoir rejoindre et se retourna vers Arhazad.... qui n'était plus là. Il la chercha un moment du regard puis, au bout de quelques secondes, il aperçu sur la paroi de la montage une forme qui pouvait être la jeune fille. elle était intenable, c'était la chose qu'il avait le plus retenu de son caractère.
Il se servit des sangles de son Ghamma pour le porter comme un sac à dos puis prit ses livres dans sa main gauche... finalement, il alla les déposer sur le dos de sa monture, à laquelle il demanda expressément de rester sagement sur place, de ne pas bouger, comme elle l'avait si bien fait durant le trajet qui l'avait emmené jusqu'ici. Il garda tout de même le vague et ancien plan des grottes qu'il attrapa entre ses dents et parti pour l'ascension de la montagne.
Non, cela n'était pas simple: quand bien même quelques pierres légèrement sorties faisaient office de support, certaines étaient instables et menaçaient à tous moments de tomber: le coeur du jeune homme manqua de s'arrêter lorsque l'une d'elle chuta alors que son pied était posé dessus. Il peina à retrouver un support puis continua sa grimpée.

Au bout de quelques minutes, ou heures, il n'aurait su dire tant cette montée lui avait semblé interminable, il posa sa main sur un promontoire. Enchanté à l'idée d'être peut être arrivé sur une surface solide, il s'empressa de grimper dessus. Une fois arrivé, c'était avec un grand soulagement qu'il aperçu l'entée de la grotte, et sa compagne de route Ahrazad. A la voir ainsi, jamais il ne se serait douté qu'elle possédait une telle agilité... quoi qu'elle possédait le corps souple et svelte des danseuses, elle devait certainement être d'une agilité terrifiante... Il récupéra son plan et posa son Ghamma devant la grotte puis se laissa tomber contre.
_Je ... j'espère ne pas vous avoir trop fait attendre..., dit-il légèrement gêné autant par son retard que par la beauté de la jeune femme.
Il déplia le plan qu'il avait récupéré: il était ancien et certaines choses manquaient mais... il espérait que cela soit suffisant.
_Voilà, d'après le livre.... que j'ai lissé sur le dos de ma monture, cette grotte aurait été bâtie il y a cinq cents ans, par les hommes qui peuplaient Mythologia à cette époque... cela signifie que cette grotte est antérieure à l'Ancien temps! Elle existait avant la cité d'Ergas-Malastès!

Il jubilait: ce qu'ils allaient trouver à l'intérieur, il ne le savait pas mais cela allait certainement être extraordinaire! Des objets ou des écritures étant post-ancien empirique ... cela ne pouvait qu'être fascinant! Ravivé à l’idée de faire des découvertes, il se leva et regarda Ahrazad en souriant:
_On y va? demanda-t'il en se plaçant devant l'entrée de la grotte et en lui faisant signe de passer.

Code:
[color=#4b96a3]Chelster[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Ven 21 Jan - 3:21
La jeune femme avait peu attendu l'homme qui l'avait entraînée dans cette folle escapade : elle avait tout juste eu le temps de s'adosser à la pierre brûlante et de songer à ce qui les attendait. Puis Chelster était arrivé et lui avait galamment cédé la place pour entrer dans la grotte. Elle ne se fit pas prier. Aussitôt une bouffée d'air vicié et humide envahit ses narines alors que ses pieds se posèrent sur du liquide. De l'eau ? Et pourtant elle n'avait pas fait trois pas ! Le serpent s'enroula plus étroitement encore autour du bras et du coup de la jeune femme. Arhazad siffla doucement pour intimer au reptile de deserrer son étreinte ce qu'il fit ... à contre-coeur.

Plus la dame s'avançait dans la caverne et plus elle se sentait oppressée. D'autant plus que le plafond bas l'obligeait à courber l'échine et à avancer pliée en deux. Si l'exercice n'était pas fatiguant sur une petite partie du trajet, il devenait vite harassant : le dos de la jeune femme commençait à la faire souffrir et elle devait porter son Ghama en main si elle ne voulait pas l'abîmer avec la roche. Et puis, pour ne rien arranger, le sol était glissant à cause de l'humidité ambiante. Aussi les deux voyageurs devaient redoubler de prudence pour éviter la chute et donc de se fouler ou, pire encore, de se casser une cheville.
- Dîtes, j'espère que tout ceci vaut vraiment le ...
Soudain elle s'arrêta net, observant l'intérieur de la caverne avec des yeux grand comme des soucoupes. Il fallait dire aussi qu'il y avait de quoi surprendre : après avoir passé un temps indéterminé dans un boyau aussi haut que large, à se plier en deux pour avancer, ils venaient de déboucher dans une vaste salle souterraine. Il y avait un puissant bruit d'eau courante, sûrement une rivière à fort débit. Arhazad augmenta l'intensité de la lumière fournie par le Ghama. Elle espérait ainsi que les phrases de son engin atteignissent le fond de la cavité ... ce qui ne fut pas le cas : la lumière finissait par se faire engloutir par l'obscurité ambiante. Il sembla même à la jeune femme que cette dernière se rapprochait. Mais ce n'était qu'une illusion d'optique née du sentiment d'oppression de la danseuse.
- Je crois, sans m'en être encore bien assurée, que nous sommes en hauteur, Chelster.
La jeune femme orienta son Ghama vers le bas ... et confirma sa supposition ; quelques instants plus tôt elle n'avait alors pas rêvé lorsqu'elle avait cru que ses orteils étaient ... dans le vide.
- Par les Eaux Déchaînées je ne sais pas comment on va descendre ...
Arhazad fit quelques pas sur le côté pour mieux appréhender le terrain qu'ils allaient devoir affronter. Mais c'était comme de sonder un tonneau des Danaïdes avec une bougie : cela ne menait à rien car l'obscurité était trop ... épaisse.
- Je en sais pas pour vous Chelster, mais moi j'ai un sentiment étrange, tenace, qui me tiraille depuis tout-à-l'heure. Ce n'est pas comme si nous allions mourir, non. C'est ... différent.
Et encore moins rassurant, ajouta-t-elle en son for intérieur. Mais la perspective de trouver dans ces cavernes des trésors inimaginables eut rapidement raison de toutes ses réticences, et sa concentration pour trouver un moyen de descendre redoubla.
- LA !, cria-t-elle soudain, je vois quelque chose !
Elle désigna un petit "sentier" de pierre serpentant le long de la falaise. L'accès était aisé, mais une fois sur le chemin il faudrait redoubler de prudence : il n'était pas large et le moindre faux pas pouvait aisément propulser le voyageur vers une mort plus que certaine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Dim 23 Jan - 2:24
Ils pénétrèrent dans la grotte des falaises qui, semblait-il, avait décidée de mettre tout en oeuvre pour dissimuler ses trésors et les rendre inaccessibles aux vues des inopportuns voyageurs: après avoir risqué sa vie en escaladant plusieurs mètres de roche verticales, le sol, glissant, rendait la progression très difficile et le jeune homme du bien faire beaucoup d'acrobaties pour ne pas chuter lourdement, tout en restant fermement agrippé à son ghamma, il tenter de discerner quelque chose dans l'obscurité de la grotte, mais sans réel succès. Puis Ahrazad eu la brillante idée d'allumer les phares de sa planche en faire une source de lumière... le jeune homme sourit, heureux d'avoir prit pour compagnie un cerveau féminin... seules les femmes étaient capables de penser à ce genre de choses simples, mais auxquelles jamais un homme ne songerai.
Ils continuèrent pendant quelques minutes leur marche dans la grotte mais au fur et à mesure qu'ils avançaient, l'odeur d'humidité se faisait de plus e plus forte... de l'eau. Qui aurait pu croire que, nichée quelque part sur les falaise de Vergas, se trouvait une grotte... contenant de l'eau. certes, cela n'allait certainement pas révolutionner le genre humain, mais c'étai déjà une découverte qui rendait confiant le jeune homme quand à la suite de son escapade.

_Dîtes, j'espère que tout ceci vaut vraiment le ...
Le jeune homme regarda sa compagne de route, surpris qu'elle laisse ainsi sa phrase en suspend. Elle semblait regarder avec insistance droit devant elle... Chelster l’imita et resta bouche bée un moment: ils venaient de déboucher sur une immense salle souterraine... enfin... immense, il le supposait car les phares de l'engin d'Ahrazad ne pouvaient pas en atteindre le fond. Il ne dit rien pendant de longues secondes puis finalement, se retourna vers son accompagnatrice:
_C'est ... c'est extraordinaire! Nous sommes dans les falaises même de Vergas, c'est immense!
Il commença à faire un pas en avant puis eu la désagréable surprise de ne pas trouver de support pour son pied. Il recula rapidement, certain qu'il devait être placé sur un rocher légèrement plus haut que les autres... légèrement, ce n'était pas le cas. Ahrazad éclaira le fond de la cavité à l'aide de son ghamma, ce qui dévoila un trou béant juste devant eux.
_Par les Eaux Déchaînées je ne sais pas comment on va descendre ...
Chelster déglutit avec peine: il avait faillit faire une chute de... quelques bons mètres! Il secoua la tête: lui non plus ne savait comment ils allaient bien pouvoir descendre... si seulement son ghamma avait daigné s'activer, il aurait eu une solution mais présentement... il n'en avait aucune. Il restait bien sûr la solution de la descente à la main, mais cette solution là, quoi qu'excitante, ne le réjouissait absolument pas et il préférai de loin songer à faire demi tour!
_ Je en sais pas pour vous Chelster, mais moi j'ai un sentiment étrange, tenace, qui me tiraille depuis tout-à-l'heure. Ce n'est pas comme si nous allions mourir, non. C'est ... différent
_C'est vrai qu'il y a comme une sensation de... malaise dans l'air...
Malaise... ce n'était pas exactement ce mot, mais cela s’apparentait à une sensation étrange... plutôt oppressante....
Le jeune homme baissa à nouveau les yeux sur le trou béant qui se trouvait devant eux: il ne voyait aucune issue possible...
LA !, cria-t-elle soudain, je vois quelque chose !

Chelster regarda dans la direction indiquée par Ahrazad... un petit "chemin" _là non plus, ce n'était pas vraiment le mot_ serpentait le long du mur de la cavité... sans doute que choisir de se jeter dans le vide eusse été beaucoup moins dangereux que de s'aventurer sur ce petit sentier, mais au moins, c'était une route comme une autre... de plus, l'idée de découvrir des choses uniques lui avait fait oublier tous les risques qu'il pouvait prendre en empruntant ce "chemin". Il lança un regard à Ahrazad:
_A votre avis... croyez-vous que nous avons plus de chance de mourir si nous nous jetions dans le vide avec nos ghamas non fonctionnels ou bien si nous prenons ce chemin?
Il sourit et secoua la tête... décidément, il était vraiment prêt à tout pour une bonne découverte! Il prit son ghamma d'une main, roula son "plan" derrière son oreille et commença à longer délicatement le mur, en priant pour arriver jusqu'en bas en un seul morceau ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Mar 25 Jan - 21:35
Le premier pas qu'elle fit sur le "chemin" faillit la précipiter dans le vide : une pierre que ses phrases faiblissant à cause du manque d'énergie dans la batterie de son ghama n'avait pu éclairer l'avait trahie. Le caillou traître roula lorsqu'elle posa son pied dessus, et la jeune femme dut se retenir à la première chose qui lui passa sous la main, à savoir le vêtement de son compagnon de voyage. Un léger "crac" accompagna le geste de la demoiselle qui se confondit alors en excuse tout en se redressant. Puis elle reprit la périlleuse descente, tâtonnant plutôt deux fois qu'une l'endroit où elle posait ses pieds.

Lorsqu'enfin la fin du chemin fit son apparition dans sa lumière déclinante, Arhazad ne put contenir un cri de joie qui mourut bien rapidement : et si dans ces cavernes se tapissait un monstre ? Il pourrait alors aisément leur sauter dessus, quand bien même l'origine de la voix était difficilement détectable à cause de l'écho.
- J'espère qu'on tombera rapidement sur quelque chose qui en vaille la peine ... Mais dîtes-moi, avez vous une source de lumière ? La mienne faiblit à vue d'oeil ...
Comme pour confirmer ses dires, la luminosité baissa encore d'un cran. Bientôt la jeune femme ne put guère discerner ce qui se trouvait à un jet de pierre devant elle. Elle s'interrogea alors sur leur préparation pour cette exploration ... Ils possédaient bien sûr des vivres - viande séchée, pain, fromage - ainsi que de l'eau. Les cordes furent aussi jugées nécessaires et un pic se tenait gentiment das les sangles de son paquetage. Elle avait espéré pouvoir utiliser son Ghama - en fait, il ne lui était pas venu à l'esprit que celui-ci serait hors d'usage. C'était tout juste si la batterie était assez chargée pour générer la lumière ... Lumière qui n'allait, pas tard, leur faire défaut.
- Et si nous faisons du feu ? Je dois avoir quelque chose de combustible ... Mais par contre, pas de quoi faire un flambeau. Et vous ?
Puis elle se laissa brutalement tombée à taire, dos à la paroi. Ses jambes commençaient à la faire souffrir : conséquence de leur dure ascension, de leur traversée du tunnel et de la descente sur le chemin dangereux.
- Vous savez ce dont je rêve ? De posséder un immense navire. Un tel trois-mâts que même les plus puissants Pirates de ce monde jalouseraient. J'en serais la capitaine, et je dirigerai le bâtiment à travers le monde entier. Le ciel serait notre demeure, et nul ne nous arrêterait ; nous aurions, bien sûr, à nos trousses la Milice royale. Mais si ce n'était pas le cas je vous avoue que je m'ennuierais ferme.
Nous voguerions sur tous les couloirs de vent de ce monde, et nous serions craints de tous les navigateurs aériens.
Ou alors je serais une très grande danseuse : les Rois et les Reines s'arracheraient mes représentations à prix d'or. Et ainsi je ne serais plus jamais dans le besoin. Mais ce serait une vie ennuyeuse.
Ah ! au fait, je m'appelle Arhazad. Arhazad El Kazer, enchantée. Je ne crois pas avoir eu la bonne idée de me présenter un peu plus tôt ... ou alors je vous ai tout juste donné mon prénom. Et ne vous inquiétez pas, je ne vous volerai pas. J'ai besoin de vous pour vos talents d'archéologue, et non pas pour votre richesse.

La jeune femme se tut enfin. Elle n'avait pas pour habitude de se confier de la sorte à des inconnus mais présentement, les circonstances étaient ... différentes. Bien sûr elle ne lui avait pas révélé la Ghilde dont elle faisait partie ni son activité profssionnelle actuelle, bien qu'elle était facilement déductible de ses paroles.
Puis elle se redressa et jeta un regard circulaire. Le manque de luminosité lui faisait écarquiller grand les yeux et lui donnait un peu mal à la tête. De plus elle ignorait à quoi pouvait ressembler l'endroit où ils se trouvaient actuellement. Une cavité ? Un tunnel assez large ? Elle fit quelques pas dans le but de bien vérifier qu'il n'y avait pas d'abîme devant eux une fois encore. C'est alors qu'elle mit la main sur un objet qu'elle ne croyait plus trouver. La femme du désert le ramassa et, toute excitée, retourna auprès de son compagnon de route le lui montrer.
- Regardez ! Je n'en avais encore jamais vu de semblables, et pourtant je m'y connais, en pièces !
Elle tendit sa trouvaille à l'archéologue. Il s'agissait d'une petite pièce, d'argent probablement et d'un diamètre inférieur à un demi-pouce. Les deux faces avaient été polies par maintes et maintes mains mais un peu du dessin d'origine subsistait. Et Arhazad en était certaine : elle ne connaissait pas ce motif, même s'il n'était que partiel.
- Je crois que vous aviez raison. On trouvera des choses très ... intéressantes, ici. Encore faut-il avoir de quoi les voir ...
la jeune femme soupira. Leur expédition promettait d'être très longue ... mais particulièrement riche et passionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Ven 28 Jan - 13:17
Le jeune homme commença à emprunter la chose qu'il avait précédemment qualifié de chemin afin de descendre.. S'il avait su qu'à chacun de ses pas, il passerai à côté d'une mort plus que certaine, il aurait probablement directement cette chose cercueil. Dès le premier pas, le ton fut donné: la pierre sur laquelle il avait reposé son pied était tombée, entraînant avec elle d'autre pierres. Il s'était alors vivement éloigné et avait mit un long moment avant d'entreprendre de continuer sa descente vers ... vers le bas. Il ne savait pas ce qu'ils allaient bien pouvoir y trouver, mais l'odeur de l'humidité lui laissait penser qu'ils étaient dans un lac souterrain et que donc, ils allaient probablement tomber face face avec de l'eau... tout du moins, il l'espérai car il envisageait très mal la possibilité de se retrouver nez à nez avec un Ayon à combattre... non... ceci, il le visualisait très mal, premièrement, parce qu'il n'avait pas prévu de combats bien difficile, de ce fait, il n'avait emmené avec lui aucune arme susceptible de le défendre et deuxièmement, il commençait à sentir la faim lui venir et combattre un Ayon était bien la dernière chose qui le motivait.. hormis si cet Ayon était un gobelin, auquel cas, il se serait fait un plaisir de lui sauter dessus, il ne savait pas si la viande de gobelin était particulièrement bonne mais après tout, s'il avait l'occasion de se sustenter, il n'allait pas faire la fine bouche! Tout de même... manger de la viande crue de gobelin l'engageait pratiquement autant qu'un combat contre des Ayons.
Au bout de quelques longues minutes de marches, la fin du chemin montra enfin le bout de son nez, il ne pu s'empêcher de pousser un grand soupir de soulagement: ils étaient arrivés, et toujours vivant. Cela tombait plutôt bien car il ne savait pas comment ses amis allaient régler la chose administrative, son héritage, ses trouvailles à partager... Mieux valait qu'il reste en vie encore un moment, ne serait-ce que pour avoir l joie d'enfin prouver que la cité Atlantide était une ville d'Ayons. C'était la principale thèse qu'il tentaient de défendre... oh, bien sûr, il n'avait pas d'argument bien probants mais il comptait bien en trouver et ainsi, pouvoir faire fermer leur clapets à tous ces archéologues qui passaient leur temps à le dénigrer et à affirmer aux quatre vents que cette ville était un repère de pirates endurcis... Peut être allait-il devoir trouver des pirates pour leur poser des questions, car l'idée d'interroger des Ayons ne le réjouissait absolument pas, mais celle d'interroger des pirates non plus...
_J'espère qu'on tombera rapidement sur quelque chose qui en vaille la peine ... Mais dîtes-moi, avez vous une source de lumière ? La mienne faiblit à vue d'oeil ...
Le jeune homme se retourna vers sa compagne de route et ne pu qu'approuver ce qu'elle venait d'affirmer: la lumière des phares de son ghamma déclinait petit à petit... il sorti son collier lumineux de sa veste mais constata que cela n'émettait qu'une minuscule lueur dans l'immensité de cette grotte. Il secoua la tête.
_Non, je n'ai rien qui puisse nous éclairer... fichtre, j'aurai du penser à emmener une torche...
Les torches... quelque chose de magique! Il en avait trouvé une par hasard dans le marché de la capitale, dans un coin très reculé dans une minuscule petite ruelle. Un marchand lui avait vendue pour 450 joyles (toutes ses économies) et lui avait affirmé qu'elle venait de Xalandra. Le jeune homme n'y avait pas cru car aux dernières nouvelles, la cité avait été détruite pendant la fin du règne de Ergas-Malastès mais il devait bien admettre que la technologie de cette torche ressemblait fortement à celle des ghamma: elle fonctionnait par absorption énergétique... Mais pas d'Aura, cela aurait été bien trop simple et bien pratique, non, il eut fallut que cette torche fonctionne par absorption d'astral, autant dire que ce n'était pas l'énergie qu'il croisait le plus souvent, étant donné qu'il passait son temps à l'éviter.
Et si nous faisons du feu ? Je dois avoir quelque chose de combustible ... Mais par contre, pas de quoi faire un flambeau. Et vous ?
_Heu... non...
Intérieurement, il se maudit d'avoir eu la si mauvaise idée de laisser son sac sur le dos de sa monture car à l'intérieur, il devait forcément y voir de quoi faire un feu! Il déchira un morceau de son pantalon et l'enroula autour d'un stalagmite qu'il avait manqué de se prendre dans les jambes quelques minutes plus tôt.
_D'accord... ça ne servira peut-être pas à grand chose vu que nous allons sans doute avoir beaucoup de mal à porter un stalagmite pour s'n servir de flambeau mais... ça peut toujours servir si peu en faire beaucoup, au moins, on y verra quelque chose!
Il sourit: certes, il allait peut être finir nu comme un ver mais l'idée d'être éclairé lui faisait oublier ce désagrément. Il regarda Ahrazad en souriant: pour une fois, il venait d'avoir une idée autre que dans des recherches, une fois sorti de cette grotte, il comptait bien fêter cela! Il s'assit un moment, profitant du répit qui s’annonçait devant eux: une faible luminosité, une dure ascension... tout cela lui donnait une envie irrépressible de dormir. Il s'appuya contre un mur et attendit un moment.
_Vous savez ce dont je rêve ? De posséder un immense navire. Un tel trois-mâts que même les plus puissants Pirates de ce monde jalouseraient. J'en serais la capitaine, et je dirigerai le bâtiment à travers le monde entier. Le ciel serait notre demeure, et nul ne nous arrêterait ; nous aurions, bien sûr, à nos trousses la Milice royale. Mais si ce n'était pas le cas je vous avoue que je m'ennuierais ferme.
Nous voguerions sur tous les couloirs de vent de ce monde, et nous serions craints de tous les navigateurs aériens.
Ou alors je serais une très grande danseuse : les Rois et les Reines s'arracheraient mes représentations à prix d'or. Et ainsi je ne serais plus jamais dans le besoin. Mais ce serait une vie ennuyeuse.
Ah ! au fait, je m'appelle Arhazad. Arhazad El Kazer, enchantée. Je ne crois pas avoir eu la bonne idée de me présenter un peu plus tôt ... ou alors je vous ai tout juste donné mon prénom. Et ne vous inquiétez pas, je ne vous volerai pas. J'ai besoin de vous pour vos talents d'archéologue, et non pas pour votre richesse.

Il sourit, venant d'une jeune femme qui semblait avoir des vues sur les bourses, cela devait être un grand compliment! Pour une fois qu'une femme lui adressait la parole pour autre chose que ses recherches, il en était ravi, elle semblait être une femme d'action et de combat, cela contrastait beaucoup avec son apparence très soignée et délicate, mais, comme on dit... mieux vaut se fier des apparences! Il lui fit un grand sourire et entreprit de se présenter à son tour, non sans rougir:
_Enchanté Ahrazad! Je m'appelle Chelster... heu... Whellan Chelster. J'étudie l'histoire et les énergies de ce monde. Je .. heu... n'ai pas une grande renommée mais la plupart des personnes qui me connaissent me connaissent pour... mes élucubrations sur les Ayons et l'Atlantide... ceci dit, j'aimerai vraiment prouver que cet endroit n'est pas qu'un simple repaire de pirates véreux comme l'annonce mes confrères.
Mon rêve... ce serait de croiser une personne de l'Ancien Empire et qu'elle m'explique comment faisaient-ils pour manipuler l’énergie comme ils le faisaient, je trouve que c'est tout bonnement impressionnant d'avoir construit des choses telles que les Ghammas ou bien les vaisseaux spatiaux! C'est une chose que j'aimerai beaucoup comprendre! Ou bien alors... Je sais! J'aimerai faire une découverte tellement incroyable qu'elle me donne une renommé extraordinaire, que tous les rois et reines s'arrachent mes services et que... heu bon... Je sais, ce n'est pas trop envisageable mais après tout, on peut toujours rêver!


Il se tut et resta assis, pendant que Ahrazad s'était levée et été allée jeter un coup d'oeil dans le lieu où ils se trouvaient, soudain, il la vit revenir excitée et joyeuse, un objet à la main et en lui disant qu'elle n'en avait jamais vu de semblables. Intrigué, il se pencha pour mieux voir. Elle tenait une pièce qui semblait vieille, très vieille et lui-même, chercheur invétéré, devait bien avouer qu'il ne reconnaissait absolument pas les motifs gravés sur cette pièce. Certes, ils étaient polis, mais ni les formes, ni rien ne lui semblait familier. a la vue de cet objet, un large sourire se dessina sur ses lèvres: il y avait eu, dans cette grotte, une vie qu'il allait s'empresser de découvrir au plus vite. Il espérait simplement qu'ils ne fussent pas tombés dans un repaire de voleurs et de brigands.
_ Je crois que vous aviez raison. On trouvera des choses très ... intéressantes, ici. Encore faut-il avoir de quoi les voir ...
_Je crois que vous disiez avoir un combustible... alors, je me demandais, si on arrive à casser ou à trouver un morceau de stalactite suffisamment long pour nous servir de flambeau, on enroule un tissus autour et le tour est joué! certes, ce sera un peu lourd pour un flambeau mais... je crois qu'on a porté bien plus lourd!
En disant cela, il songeait aux livres qu'il avait l'habitude de transporter et aux armes que devaient bien souvent porter Ahrazad pour se défendre... quitte à devoir laisser son ghamma dans un coin, il était prêt à s'aventurer dans les profondeurs de la grotte.
_Au fait... j'avais trouvé cette carte dans le livre qui ma conduit jusqu'ici. Je ne sais pas si elle représente ce lieu mais en tout cas, c'est grâce à elle que j'ai pu trouver cette grotte!
Il passa mit son collier au dessus du parchemin qu'il tenait fermement depuis le début de son escapade, dévoilant ainsi une carte vieille, très vieille, effacé par le temps en certains endroits mais qui montrait clairement une grande salle dans laquelle se trouvait un lac souterrain.
_Tout à l'heure... J'ai entendu comme un bruit d'eau lorsque nous étions encore plus haut, et je me demandais si il n'y avait pas un lac dans les environs.. car d'après cette carte... il y aurait quelque chose ici... Je ne sais pas de quoi il s'agit, peut-être d'un gisement particulier ou bien d'une fresque mais.. ce doit être quelque chose de suffisamment important pour figurer sur une carte.
Il montra une croix sur le plan.
cette expédition avait tout l'air d'être incroyablement enrichissante et au vu de la pièce que venait de trouver Ahrazad, il était très curieux de savoir ce qui pouvait bien les attendre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Mer 2 Fév - 9:30
La jeune femme sourit aux déclarations de son compagnon de route. A peu de choses près ils étaient tous deux d'accord sur leurs rêves : devenir les meilleurs dans leur domaine, avoir une importante renommée ... Soudain elle réalisa une chose importante : n'avait-il pas mentionné Atlantide ?
- Vous connaissez Atlantide ?!
Si cela était réellement le cas alors peut-être qu'elle pouvait envisager possible le fait de s'y rendre ... Mais pour cela, il fallait concevoir un vaisseau très spécial, capable d'aller sur les flots mais surtout d'entrer en leur sein. Ce que n'était assurément pas capable de faire le moindre des vaisseaux connus à ce jour.
- Pourquoi ... quel genre d'élucubrations vous proférez sur Atlantide ? En tout cas je puis vous assurez qu'elle n'est pas un repaire de pirates : aucun de nos confrères n'a pu y mettre ne serait-ce que le bout de son orteil.
Et si Arhazad avait rebondit là-dessus ce n'était pas par pure politesse, mais bel et bien parce qu'elle était intéressée par ce que savait cet homme étrange ; elle lui avait montré la pièce et la réaction de Chelster lui avait plu. Et à présent il tenait des propos for intéressants sur Atlantide ... Peut-être qu'elle pouvait envisager de convaincre son capitaine de le prendre avec eux, qui sait ...
Puis il embraya sur le combustible et les stalagmites, ce qui fit sourire la jeune femme. Elle se demanda combien de temps un feu sur une pierre pourrait tenir mais elle préféra ne pas faire part de ses doutes à l'explorateur. Après tout inutile de le décourager, toute source de lumière, même petite, serait la bienvenue !
La danseuse s'avança un petit peu, désireuse de se faire une idée sur la topographie du terrain où il se trouvait - et pour repérer, surtout, les éventuels abîmes. Ce fut ainsi qu'elle se cogna le pied contre une surface dure qui, au bruit que cela avait fait, n'avait rien d'une pierre. A ce moment-là Chelster lui parla d'une de ses cartes. Intriguée elle le rejoignit pour observer le morceau de parchemin vieilli par les ans ... ou les siècles !
- Je crois que vous avez raison, on dirait bien que nous sommes dans cette salle ... - elle posa un doigt fin sur la croix rouge et reprit : Et ca, c'est sûrement ce sur quoi je me suis cognée le pied tout a l'heure. Venez voir ! Ce n'était pas de la roche, assurément !
Arhazad partit devant en courant, définitivement intriguée par tout ceci : cette caverne n'était pas une simple réserve géologique, la danseuse en aurait mis sa main à couper. Ce qu'ils allaient découvrir ... qui sait, cela pourrait peut-être changer la face du monde, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Mer 2 Fév - 12:56
Chelster fut surpris lorsque Ahrazad sembla s'intéresser à ce qu'il venait de dire sur l'Atlantide... ou en tout cs, elle semblait intéressée par l'Atlantide tout court. Il hocha vigoureusement la tête lorsqu'elle lui demanda si il était intéressé par cette cité engloutie. Bien sûr, et pour cause! Cela allait bien faire cinq ans qu'il avait réuni le maximum de livres, notés des histoires des voyageurs, comparé scrupuleusement des récits sur cette ville dans le seul et unique but de pouvoir démontrer ce qu'il avançait... sans succès. Oh, bien sûr, il y avait toujours une solution pour ne plus être la risée de ses confrères : allez directement sur place et pouvoir voir de lui-même que cette ville n'était pas qu'un simple repaire de pirate, mais aller dans l'Atlantide... c'était un peu aussi difficile que de se rendre dans la cité d'Argör-Magden... et non envisageable avec la technologie dont il bénéficiait car même s'il était un Skylander.. il ne connaissait aucun moyen pour se rendre sous la mer... peut-être un vaisseau sous marin? Mais ce n'était pas le genre de chose qu'il allait facilement trouver dans la capitale! Pour cela, mieux valait se rendre directement dans la cité de Xalandra... mais il lui semblait avoir comprit qu'elle était inaccessible... enfin, il irait tout de même tenter sa chance, après tout, après avoir réussi à grimper sur une grotte perchée sur des falaises abruptes, traverser des chemins qui n'en n'étaient pas... se rendre dans une ville, aussi dangereuse soit elle, cela ne pouvait pas être bien compliqué!
_ Pourquoi ... quel genre d'élucubrations vous proférez sur Atlantide ? En tout cas je puis vous assurez qu'elle n'est pas un repaire de pirates : aucun de nos confrères n'a pu y mettre ne serait-ce que le bout de son orteil.
_Aaaah!!
Ce cri était un mélange de cri de surprise et de cri de "j'avais raison!". Puis il sourit, venant de réaliser quelle était la profession de son interlocutrice... malgré ce qu'elle lui avait dit précédemment, il n'avait pas encore fait le rapprochement... Une pirate, les bateaux, les voyages... l'indépendance ! Cela devait être passionnant de rejoindre un navire pirate!
_Heu... excusez-moi. disons que mes confrères archéologues de la capitale soutiennent avec ferveur, et c'est la thèse qui a été retenue sur Mythologia, que la cité de l'Atlantide serait un repaire de pirate...Selon ce que j'avais pu lire et comprendre... ce n'était pas le cas, mais je n'avais rien de bien probant car je n'avais aucun témoignage de personne y étant allé ou même... de pirates. Ce que je crois... c'est que dans cette ville enfin... je sais, c'est complètement ahurissant mais... Je suis persuadé qu'il s'agit là d'un repaire d'Ayon, qu'elle aurait été construite par les Ayons et qu'elle serait encore habitée par eux. C'est envisageable car un scientifique a réussi à démontrer que la tour de Babel avait elle aussi été bâtie par les Ayons, ils sont donc de grands architectes... enfin... c'est ce que je crois... et ce qui fait ma renommée sur Arkados...
Il soupira, il espérait trouver dans cette grotte quelque chose de suffisamment important pour que ses confrères arrêtent enfin de rire en le voyant débarquer dans la salle de recherche.
Finalement, il concentra son attention sur ses flambeaux en pierre puis emprunta son combustible à Ahrazad... il ne restait plus qu'à y mettre le feu et le tour serait joué! Il envoya un petit sort d'Aura, normalement, cela devait aussi bien fonctionner avec un combustible aussi efficace! En effet, le tissu s'embrasa et le jeune homme pu contempler pendant quelques seconde le résultat de sa reflexion... quelques seconde. Car une fois embrasé, le tissus fut très vite réduit en cendre et son flambeau fut de nouveau réduit à un stalagmite simple, qu'il continuait de tenir. Il soupira: l'idée n'était pas mauvaise, mais pas réellement efficace...
_Bon... d'accord... ce n'était pas bien terrible...!
Il réfléchit à nouveau puis tenta d'envoyer un autre petit sort d'Aura, histoire de savoir si oui ou non cette énergie allait pouvoir les éclairer. La boule d'aura qu'il envoya partie devant lui, laissant sur son passage un sillon lumineux qui disparaissait au bout de quelques secondes... évidemment, s'amuser à envoyer des boules d'Aura toutes les deux secondes n'était pas envisageable, mais il pouvait en faire quelque chose...
Il généra une boule d'aura suffisamment grande pour qu'elle puisse éclairer, ne serait-ce qu'un peu, l'intérieur de la grotte puis il la fit flotter au dessus de son stalagmite. Ce n'était pas un lumière bien vive, mais elle permettait tout de même de voir à un ou deux mètre autour du porteur. Il fit une deuxième lumière de la même façon puis alla rejoindre Ahrazad qui s'était aventurée dans la grotte en courant.
- Je crois que vous avez raison, on dirait bien que nous sommes dans cette salle ... - elle posa un doigt fin sur la croix rouge et reprit : Et ca, c'est sûrement ce sur quoi je me suis cognée le pied tout a l'heure. Venez voir ! Ce n'était pas de la roche, assurément !
Il sourit puis donna un "flambeau" à Ahrazad et se servit du sien pour essayer de voir ce sur quoi elle s'était cognée le pied: pour vrai! Il y avait réellement quelque chose d'incroyable dans ces grottes et ils étaient peut-être les premières personne à le découvrir! Cela rendait cette quête réellement excitante. La lumière fournie par le flambeau montrait un espèce de carré métallique recouvert de symboles étrange qui était légèrement surélevé ... un interrupteur? Il s'attarda un moment sur les symboles étranges et regarda sa carte pour savoir s'il n'y avait pas quelque chose d'indiqué à ce propos... mais rien...
Il continuait de regarder l'interrupteur et était tiraillé entre le devoir de rester prudent, et l'envie irrépressible d'appuyer dessus... voir ce carré surélevé et l'imaginer s'enfoncer une fois activé... cela le tiraillait beaucoup! Finalement, il se retourna vers Ahrazad et lui demanda:
_Est-ce que... ça ne vus dérange pas si j'appuie dessus?
Après tout, ils n'étaient pas arrivés à ce point dans la grotte pour regarder un interrupteur! Il regarda la pirate, conscient que sa réponse serait sans doute affirmative mais bon, mieux valait lui poser la question tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Ven 4 Fév - 9:36
La jeune femme observa d'abord le flambeau inutile, puis le sort envoyé par son compagnon. Elle-même n'était pas douée en magie, c'était tout juste si elle arrivait à faire une petite tempête de sable. Vrenn, son serpent depuis longtemps endormi sur ses épaules, se réveilla tout-à-coup et siffla avec force. D'abord surprise elle sursauta avant de tourner son regard vers Chelster. Vrenn siffla de plus belle, mais pas en direction de son compagnon de route.
- Attendez, murmura-t-elle, je crois que nous avons de la visite.
Elle posa le plus délicatement possible son flambeau d'énergie et se plaqua contre le mur, faisant signe à l'archéologue de la rejoindre. Puis elle réduisit au minimum son souffle, faisant en sorte de le rendre le moins audible possible, comme on lui avait appris à la Ghilde : Si tu veux tuer sans être tuée, alors tâche de tout faire pour ne pas être vue. Au contraire, si ta vie t'importe peu, néglige alors un seul détail et tu y passeras. C'était ce que lui avait répété son maître le jour où il l'avait provoquée en duel. Elle avait failli se faire tuer ce jour-là, juste parce que l'un des volants de son vêtement l'avait trahie. Certains auraient dit que porter ce genre de tenue n'est absolument pas approprié pour le combat. Mais pas les membres de sa Ghilde : ils pensaient presque tous qu'au contraire, il fallait porter tout ce que l'on porte d'habitude, jusqu'à la coiffe du bouffon royal s'il le fallait. Mais qu'au moins, on apprenait à être discret en toutes circonstances
Arhazad sourit très légèrement en repensant à l'un de ses entraînements, puis à la façon dont elle avait été recrutée. On ne lui avait, à vrai dire, pas vraiment laissé le choix : un homme était venue la voir, lui avait bandé les yeux et l'avait "enlevée" alors qu'elle tentait de récupérer un collier dans les poches d'un passant. Puis on l'avait jetée à même le sol, et on l'avait laissée là pendant un temps qu'elle n'aurait su définir. Au moins Vrenn était là pour lui tenir compagnie.
Et puis enfin, un homme était venu la retrouver. Il lui avait retiré son bandeau qui lui masquait les yeux, avait pris un petit morceau de pain et le lui avait tendu. Elle était alors particulièrement affaiblie par son manque de nourriture et d'eau et avait du mal à prendre ses repères - inexistants puisqu'elle ne connaissait absolument pas l'endroit où on l'avait amenée.
- Comme cela c'est toi Arhazad ... J'ai cru comprendre que tu utilisais des poignards. Viens. Nous allons te nourrir comme il faut.
Vrenn avait alors sifflé pour indiquer son indignation, et l'homme au visage brûlé avait souri.
- Bien sûr, toi aussi mon ami, tu seras bien nourri, ne t'inquiète pas.

La danseuse revint dans la réalité, le coeur presque arrêté. Elle avait entendu un bruit à un jet de pierre derrière elle et elle espérait vraiment que ce qu'il se trouvait là-bas n'était rien de plus qu'un gobelin de montagne. Bon, bien sûr, les choses pouvaient aisément être pires. Mais elle espérait vraiment que ce n'était rien de plus que des gobelins, elle se voyait mal lancer des couteaux d'une main et tenir un flambeau de l'autre : ses lames étaient trop précieuses pour être perdues dans le noir. Et puis tout-à-coup plus rien. Plus aucun bruit, juste le grondement d'une rivière tombant dans un lac, renforcé par l'écho de la caverne. Arhazad en vint à se demander si elle n'avait tout simplement pas rêvé mais, par précaution, elle demeura plaquée à la paroi un moment encore. Lorsque suffisamment de temps, d'après elle, fut écoulé, elle s'autorisa enfin un soupir de soulagement et se détacha de la pierre. Son serpent ne protesta pas, il se contenta simplement de s'enrouler autour des épaules de la jeune femme et de se rendormir. Elle sourit avant de récupérer son flambeau et de retourner près de l'interrupteur.
- Et si c'est moi qui appuie dessus, cela ne vous gêne-t-il pas ?
Joignant le geste à la parole elle posa sa main droite sur la pierre humide et appuya de toutes ses forces. Puis elle attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chelster Whellan



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
20/20  (20/20)
PM PM:
20/20  (20/20)
Expérience:
5/20  (5/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Lun 14 Fév - 13:12
Arhzad lui fit signe de ne plus bouger car elle venait d'entendre un bruit... ça y'est, ils étaient fichus! Autant dire que l'éventualité du combat avait déjà fait son chemin dans son esprit et qu'il en avat déduit que, étant donné le fait qu'il était dans un bel état de fatigue, qu'il n'était pas capable de voir à plus de trois mètres de distance et qu'il avait des courbatures partout, le seul ennemi auquel il aurait pu opposer une certaine résistance était le gobelin. Or les gobelins n'attaquaient pas dans des grottes il paraissait... Il commença à sentir les gouttes de sueurs perler sur son visage lorsque son accompagnatrice se rendit aux alentours de l'origine du bruit, craignant à tout moment de l'entendre crier: "en garde!" ou quelque chose de ce genre.. Mais il se sentit comme très soulagé lorsqu'elle revint. Le bruit qu'il avaient entendu avait disparut et tout semblait être comme précédemment... ceci dit, il n'était pas rassuré pour autant, car le pire avec les Ayons, ce n'était pas tant lorsqu'on les voyait en face de vous... non, le pire, c'était lorsque vous savez qu'ils sont là mais que vous ne les voyez pas... Ainsi, Chelster ne pouvait pas s'empêcher de regarder autour de lui dès lors qu'il faisait un pas. Le serpent qui tenait lieu de compagnon à la jeune demoiselle (!) semblait lui aussi soucieux, tout du moins, il était autant aux aguets que Ahrazad... en les voyant tous les deux, Chelster ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer que, au vu de la beauté de son accompagnatrice et du serpent qui l'accompagnait, elle devait être une forme d'incarnation de la tentation, tout comme cette femme dans les mythes et légendes...
Et si c'est moi qui appuie dessus, cela ne vous gêne-t-il pas ?
L'archéologue se retourna vers elle, et sans même attendre sa réponse, Ahrazad avait déjà appuyé sur l'interrupteur, qui s'était joyeusement enfoncé... le jeune homme le regarda, désappointé de ne pas avoir eu le plaisir d'appuyé dessus, mais ceci ne fut pas bien longtemps sa préoccupation: aussitôt que le carré métallique s'était enfoncé, la salle dans laquelle ils étaient commença à trembler, ce qui eu pour effet de faire tomber quelques stalactites. Le jeune homme se colla contre un mur pour les éviter et invita Ahrazad à en faire autant, bien que pour une raison qu'il ignorait, il sentait que la prise de risque était plus intéressante pour cette jeune femme et qu'elle préférera sans doute s'amuser à éviter les stalactites en faisant preuve d'agilité.
Au bout de quelques longues minutes, le tremblement s'arrêta. Chelster resta collé contre son mur par précaution puis finalement, s'autorisa à aller voir ce qu'il en était dans la grotte... avec un tel tremblement, quelque chose devait avoir changé.... et il était bien curieux de savoir quoi! Il secoua la tête: tout ceci semblait complètement aberrant et si jamais il voulait le raconter, il allait falloir qu'il s'attende à quelques moqueries de la part de ses confrères... une habitude à prendre. Soudain, il remarqua qu'une autre source de lumière était présente dans la pièce, que son flambeau ne servait plus à rien... Il se dirigea vers cette nouvelle lumière et remarqua que tout un pan de mur de la grotte... avait disparut, où s'était enfoncé...
_Ah ben ça alors... fut sa réaction lorsqu'il le constata.
Mais lorsque il se trouva nez à nez avec la source de lumière, il en resta estomaqué: le pan de mur avait laissé place à une autre salle, beaucoup plus petite, dans laquelle se trouvait quelques symboles lumineux de couleurs orangée. au fond de cette petite pièce, sur le mur lui faisant face, il y avait un trou... un trou qui semblait recouvert d'un liquide... enfin... comme un liquide épis, mais qui faisait des ondes étranges, comme on y jetait des pierres. Il resta bouche bée pendant un temps qu'il ne parvint pas à déterminer puis finalement, il se retourna vers Ahrazd...
_Dîtes-moi...C'est.... c'est bien... un vortex ça... hein?
il se retourna à nouveau vers le vortex et le contempla, puis entreprit d'aller traduire les symboles qui se trouvaient autour, histoire d'en savoir plus sur ce lieu... plus qu'improbable. Il se pencha vers l'un d'eux et commença à faire une liste des symboles auxquels il pouvait bien ressembler... Mais n'en trouva pas. Finalement, il alla se placer juste en face du vortex et toucha du bout de son doigt le l'étrange liquide, il sourit lorsqu'il sentit une surface froide et gluante, il retira son doigt et regarda la substance étrange... finalement, il se retourna vers la pirate et montra le vortex du pouce:
_Alors, on y va? demanda-t-il en souriant, tout en connaissant parfaitement la réponse de son accompagnatrice...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arhazad El Khazer



Je suis un voyageur sur
Mythologia... j'en ai de la chance!


avatar


Carnet de voyage
PV PV:
52/52  (52/52)
PM PM:
5/5  (5/5)
Expérience:
12/20  (12/20)



Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   Mer 16 Fév - 0:37
La jeune femme demeura collée à la paroi tandis que la terre entière tremblait, comme pour protester contre la suffisance de ces intrus qui touchaient à tout, se croyant au dessus de la Montagne. Puis tout s'arrêta aussi brusquement que si rien n'avait eu lieu. Le silence s'abattit sur eux comme une chape de plomb et la jeune femme eut du mal à admettre qu'ils étaient toujours dans la même grotte ... surtout que celle-ci était désormais éclairée non plus par leurs étranges flambeaux, mais par une autre lumière, beaucoup plus forte, et qui semblait prendre sa source ailleurs dans la grotte ...
- Par tous les vents ! Quelle magie est-ce donc là ?
Non pas qu'Arhazad avait peur de ce qu'il venait de se passer ... Elle ne le comprenait juste pas. Et ce qu'elle ne comprenait pas n'avait, en général, que deux sources : ou cela était de la technologie, avec des termes, des manipulation énergétiques, des connexions électriques et autres choses bien complexes, ou cela était de la magie pure et dire. Et si la danseuse pouvait prétendre comprendre un tantinet la première, elle était bien obligée de s'avouer vaincue face à la magie ; pour commencer la sienne était aussi inutile qu'un luth à un manchot.
- Où est passé le mur ?
Le serpent s'enroula de façon plus étroite autour du cou et des épaules de la jeune femme tandis qu'elle se penchait vers l'endroit où, à peine quelques secondes plus tôt, se tenait un mur de roche gigantesque.
- Doucement Vrenn, tu serres trop, chuchota-t-elle à son reptile tout en passant un long doigt fin sur la roche. Edifiant. Il ne reste rien de la pierre. Juste ... Ceci.
Elle désigna de la main le trou et la petite salle derrière. Puis elle remarqua ce qui semblait mobiliser toute l'attention de son compagnon depuis tout-à-l'heure : une sorte de trou dans un mur, entouré de symboles étranges qu'elle ne distinguait pas de là où elle se trouvait. Ils se rapprochèrent alors, tous deux curieux de voir ce à quoi ils avaient désormais affaire.
- Dîtes-moi...C'est.... c'est bien... un vortex ça... hein?
La danseuse haussa les épaules, complètement perdue. Elle n'avait jamais entendu parler de sa vie entière de vortex, ignorait tout de la matière qui courait à la surface de cette espèce de trou. Déjà, elle avait du mal à concevoir que les murs de grottes pouvaient disparaître en appuyant juste sur un interrupteur de métal ... Peut-être était-ce là l'invention d'un malade mental du temps du règne d'Ergas Malastès ? De toute façon il n'y avait que les scientifiques de cette époque qui était assez fou pour se lancer dans de telles réalisations ... et parvenir à leurs buts : autant les mages, les "scientifiques" et toutes les autres personnes poursuivant des buts de constructions titanesques, de conceptions, ayant des projets complètement fous et les mettant en oeuvre, n'arrivaient presque jamais à leurs fins, autant ceux sous le règne de l'ancien tyran ... avaient changé la face du monde.
- Alors, on y va ?
Arhazad dévisagea son interlocuteur comme s'il venait d'une toute autre planète.
- Là ... dedans ?
Son regard se posa de nouveau sur l'espèce de matière visqueuse qui semblait boucher le trou. Elle passa sa main à l'intérieur et frémit au contact de cette chose étrange, à la fois froide et humide. Pourtant, quand elle ressortit sa main elle était entièrement sèche, comme si elle n'avait rien touché.
- Le dernier arrivé de l'autre côté est un skylander qui ne sait pas voler !
Et elle s'élança droit dans ce que l'archéologue avait appelé Vortex. Elle fut immédiatement prise de nausée tandis qu'elle se sentait ballottée comme un vulgaire Ghama de base pris dans des tempêtes de sable. Puis soudain ce fut fini. Elle sentit le contact d'un sol sous ses pieds, posa la main droite sur la tête de Vrenn et lui caressa les plumes tandis que l'autre main alla trouver un de ses poignards. Enfin elle ouvrit les yeux.
- Par les Cinq Cents Vents !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé









Upload image
MessageSujet: Re: Sur les falaises de la ville   
Revenir en haut Aller en bas
 

Sur les falaises de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Upload images
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythologia :: 
Terres de l'ombre

 :: Cité de Vergas
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit